Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'information alternative Nous vivons une époque troublée de dictature "sanitaire" et de manipulation à l'échelle mondiale... 

Pangolins et mantilles

Contrôle de l’esprit : « Des nazis à la DARPA » par le Pr David SALINAS FLORES

SOURCE : Marguerite ROTHE

 

 

Depuis le site d'Ariane Bilheran, où je lisais l'un de ses articles, j'ai suivi un lien qu'elle donnait pour étayer ses propos ; celui-ci m'a conduit jusqu'au blogue de Donde Vamos ; blogueur qui lui-même faisait suivre le lien du présent article, mais dans sa forme originale : Mind Control: From Nazis to DARPA (Le contrôle de l'esprit : Des nazis à la DARPA ; du professeur David Salinas Flores ; professeur invité, Faculté de médecine humaine, Universidad Nacional Mayor De San Marcos, Pérou. Vous trouverez le PDF en bas de page.

À la lecture de l'article du professeur Salinas, on comprend soudain pourquoi Taïwan est d'une importance capitale pour la « nanomafia », et pourquoi celle-ci est inquiète à l'idée que l'Eldorado du semi-conducteur tombe entre les mains de la Chine de Xi Jingping. La lecture de cet article apporte également un supplément d'éclairage sur l'affaire d'une hypothétique éclosion de zombiesOh, encore ! vous exclamez-vous. Oui, je vous entends d'ici. Mais laissez-moi vous dire que ce qu'expose le professeur Salinas apparaît d'une grande logique. Et pourrait peut-être répondre à la question des tests PCR hyper invasifs, que les populations (enfants compris) ont dû subir. 

État d'un enfant après avoir subit un test au nom de saint-Covid19

Une autre question m'interpelle : l'on nous bassine aujourd'hui avec l'Internet des objets (IoT en anglais) ; et donc, l'Internet des objets mériterait l'extension invasive de l'Internet jusqu'au fond des océans ? Sauf que je ne crois pas que les « objets » soient la cible des convoitises oligarchiques. L'important n'est plus là, puisqu'on nous explique que dans un futur proche nous ne posséderons rien, et nous serons heureux... Il y a autre chose, et cette chose, c'est nous. Nous sommes les proies. La caste prédatrice n'a aucune raison de s'arrêter en si bon chemin, puisque les événements nous démontrent que nos corps, du point de vue de ces fous, ne nous appartiennent plus. Et que dès lors, toutes les conquêtes sont possibles. C'est bien ce que verbalise Hariri, non, dans cette vidéo ? L'IoT n'est qu'un hochet pour divertir l'attention des masses. L'essentiel, le principal, c'est l'Internet des corps (IoB en anglais), ou, plutôt, l'Internet du cerveau, avec l'implantation massive de puces neuromorphiques. 

Si on fait un petit retour en arrière, alors on arrive à comprendre ce que signifiait le cirque de la pandémie du coronavirus, avec ses tests RT-PCR et ses vaccins. On réalise alors que le viol de notre intégrité physique était le préambule nécessaire à la mise en oeuvre du contrôle total des masses. Ce qu'avait très certainement compris le professeur David Salinas Flores lorsqu'il publiait son article en 2018. L'idée me vient, tout à coup, que l'activation générale de la 55555gggg 😉pourrait intervenir lorsque la clique de Davos estimera que suffisamment d'individus ont été infectés (non par le virus, mais par leurs injections et leurs tests PCR frauduleux). Consécutivement, il se pourrait bien, à ce moment-là, que l'on voie des foules entières prises de folie. Partout dans le monde. Si vous êtes passés à côté, je vous renvoie à cet article ;  pour quelle raison les CDC et autres instances gouvernementales prendraient-ils la peine de parler de zombies ? Franchement ?

Bon, je me tais et je vous laisse lire, puis réfléchir sur ce qu'expose l'article du Pr. D. Salinas Flores. Pour vous rafraîchir les idées, en ce qui concerne l'état des avancées bio-technologiques, je vous relaie de nouveau ces vidéosM.R.

_____________________________________________________________

Contrôle de l’esprit : « Des nazis à la DARPA »

Pr. David Salinas Flores

Résumé :

Le contrôle mental est un processus réducteur dans lequel un homme est réduit à un animal, une machine ou un esclave. Les idées de base du contrôle mental sont nées à Tavistock et ont ensuite été développées en Allemagne, principalement dans le camp de concentration nazi de Dachau. L'opération Paperclip a recruté des scientifiques nazis qui ont fait l'expérience du contrôle mental chez les prisonniers de Dachau et les nazis ont donc participé aux programmes américains de contrôle mental. Aujourd'hui, des recherches récentes fournissent des preuves de l'existence d'un programme d'armes de contrôle mental mondial classé secret et en plein développement, organisé par la DARPA [NDT : Defense Advanced Research Projects Agency / Agence pour les projets de recherche avancée de défense] en association illicite avec des universités américaines corrompues, des transnationales de la technologie et des mafias de procureurs. Le crime organisé de la DARPA est en train de développer une expérimentation neuroscientifique humaine secrète, forcée et illicite avec des neurotechnologies invasives comme les nanorobots cérébraux, les micro-puces et les implants pour exécuter le contrôle de l'esprit. Il est nécessaire que la société mondiale soit informée de la vérité sur le contrôle de l'esprit et que les autorités honnêtes prennent des mesures préventives pour bloquer le contrôle massif de l'esprit que la DARPA développe dans le monde.

 

Contenu

Les idées de base du contrôle mental sont nées en 1921, à Tavistock, un centre de recherche de

l'Intelligence Service britannique, puis elles ont été développées en Allemagne, principalement sous le gouvernement nazi. Dès 1943, les médecins militaires allemands travaillant dans les camps de concentration de Dachau et d'Auschwitz ont expérimenté les barbituriques, les dérivés de la morphine et la mescaline à des fins d'interrogatoire [5].  

La mescaline, un alcaloïde psychotique présent naturellement dans le cactus mexicain peyotl, était la principale drogue utilisée par les scientifiques nazis. Des expériences avec la mescaline ont été réalisées à Auschwitz, puis elles ont été répétées à Dachau. Dachau a été le premier camp de concentration nazi ouvert et il est connu pour les expériences nazies d'hypothermie [6].

À Dachau, les expériences de contrôle mental par la mescaline ont été menées par le Dr Kurt Plötner, qui a rejoint les SS en tant que médecin dans les années 1930 [7]. Selon Walter Neff, un infirmier de prisonniers impliqué dans les expériences à Dachau, l'objectif était : "d'éliminer la volonté de la personne examinée" [5]. Après des "recherches" sur 30 détenus, Plötner a conclu que la mescaline était "trop peu fiable pour être une drogue de vérité". Parfois elle fonctionnait, parfois non [5].

Les travaux de Plötner dans les camps de concentration ont attiré l'attention des services de renseignement américains, les officiers de renseignement de la marine américaine ont recruté Plötner en 1945, lui permettant de poursuivre ses recherches sur les interrogatoires. En réalité, l'armée américaine a développé une grande opération, l'opération Paperclip ; le programme secret de renseignement pour amener les scientifiques nazis en Amérique [8] a ainsi recruté trop de scientifiques nazis qui ont vécu en prisonniers de Dachau après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En fait, Plötner n'a jamais été inculpé pour ses expériences sur la mescaline [9], il a bénéficié d'une protection particulière. Plötner a continué à vivre sous le nom de "Schmitt" dans le Schleswig-Holstein jusqu'au début des années 1950.

Il est retourné dans le domaine médical en tant que professeur à l'université de Freiburg en Allemagne de l'Ouest. Plötner est mort en 1984. Le gouvernement américain n'a pas eu de succès avec la mescaline pour le contrôle des esprits et a opté pour un autre hallucinogène, le LSD.

Les États-Unis ont développé plusieurs programmes de contrôle mental, la marine américaine a commencé certaines des premières expériences de contrôle mental en 1947 [10]. La première participation connue de la CIA remonte à 1950 avec le lancement du projet Bluebird [10], mais le programme principal était MKUltra. MKUltra était le nom de code d'un projet secret de la CIA mené de 1953 à 1964, qui consistait à tester des drogues de manipulation mentale et à modifier le comportement [11,12]. 

Le programme MKUltra* développé par la CIA était un programme conçu pour réaliser la plus grande expérience de contrôle mental, un programme illégal et clandestin d'expériences sur des sujets humains. L'expérience comprenait la participation de scientifiques et de 80 institutions renommées, dont 44 écoles, des universités prestigieuses comme Harvard, Stanford et Yale, 12 hôpitaux, des entreprises pharmaceutiques et des prisons.

Ce projet comprenait 149 sous-projets, tous liés au contrôle mental. Au moins 139 médicaments ont été étudiés. Bien que le projet MKUltra ait principalement utilisé des drogues hallucinogènes, le LSD étant l'une des drogues les plus utilisées, des techniques expérimentales de stimulation des zones profondes du cerveau ont également été utilisées [3]. 

Aujourd'hui, grâce aux progrès de la science, le contrôle de l'esprit peut être développé à l'aide de nanorobots cérébraux, de micropuces et d'implants, et de l'Internet cérébral. L'internet cérébral est le principal outil de contrôle de l'esprit, c'est un moyen de communication développé chez une personne qui a dans son cerveau des neurotechnologies invasives telles que des implants cérébraux comme le modem cortical, des nanorobots cérébraux et des micropuces avec lesquels une télétransmission de sa vie quotidienne serait effectuée.

Cette télétransmission est envoyée par wifi aux téléphones portables, aux ordinateurs et aux téléviseurs [3]. L'internet cérébral permet également d'envoyer des informations audiovisuelles au cerveau d'une personne équipée de nanorobots cérébraux. La neurotechnologie invasive permet d'obtenir le contrôle mental d'une personne, qui plie sa volonté aux objectifs d'une personne ou d'une organisation. Il existe plusieurs mécanismes permettant d'atteindre cet objectif :

 

Contrôle direct de l'esprit

 

Contrôle de l'activité des neurones

Le délinquant produit une stimulation ou une inhibition des neurones avec l'internet cérébral par wifi chez une victime avec nanorobot cérébral et peut obtenir un contrôle mental à distance.

Contrôle mental indirect

Torture mentale : 

Le délinquant envoie des signaux audiovisuels qui peuvent produire des dommages psychologiques à la victime avec des nanorobots, jusqu'à arriver à briser la volonté de la victime et obtenir que la victime accepte d'être subordonnée aux intérêts de la mafia [13].

L'extorsion : 

La cartographie du cerveau obtenue avec l'Internet cérébral et les nanorobots cérébraux peut être utilisée pour obtenir des informations privées du citoyen, comme sa vie sexuelle, et avec ce matériel audiovisuel, la victime est extorquée, ce qui permet à la mafia des nanotechnologies d'obtenir que la victime accepte de suivre les ordres de la mafia [13].

D'autre part, il existe des preuves solides que le contrôle mental est développé par plusieurs puissances économiques telles que la Chine, l'Allemagne, l'Inde et la Fédération de Russie [14] ; cependant, le principal pays qui le développe est les États-Unis.

Les États-Unis d'Amérique du Nord sont la première puissance militaire mondiale ; ce pays fonde son hégémonie sur ses armes ; il est donc essentiel pour ce pays de développer de nouvelles armes de guerre. La DARPA, initiales en anglais de Defense Advanced Research Projects Agency, est l'agence en charge du développement de nouvelles armes de guerre, sa mission est de maintenir la supériorité technologique de l'armée américaine et d'empêcher la surprise technologique des adversaires américains [15]. La DARPA est l'agence militaire scientifique la plus puissante du monde, l'une de celles dont la production est la plus importante et l'une de celles dont le secret est le plus grand. Elle a été créée par le Congrès des États-Unis en 1958 ; elle reçoit un budget annuel d'environ 3 000 milliards de dollars. La DARPA ne mène pas de recherches scientifiques, mais engage des entrepreneurs de la défense, des universitaires et d'autres organisations gouvernementales pour effectuer le travail, puis facilite la transition des résultats vers un usage militaire. La DARPA maintient un personnel extraordinairement réduit, en moyenne 120 gestionnaires de programmes par an [16]. En 2018, la DARPA célèbre son 60e anniversaire [17].

La DARPA est promue par ses scientifiques, la presse, la télévision et le cinéma, comme une institution qui crée de nouvelles armes basées sur son utilisation brillante du capital intellectuel [16]. Selon le scientifique du DARPA : Les établissements d'enseignement supérieur et les centres de recherche universitaires américains ont été les chaudrons dans lesquels de nombreuses innovations de la DARPA ont été brassées [17].

Parmi les armes que les États-Unis développent figurent les armes de contrôle de l'esprit. Les plus grands secrets actuels de la DARPA sont les projets de contrôle de l'esprit, probablement parce que ces projets nécessitent une expérimentation humaine à haut risque. 

Des recherches récentes permettent de soupçonner qu'aujourd'hui plusieurs projets liés aux recherches de la DARPA sur le contrôle de l'esprit se développent sur des expériences humaines illégales réalisées en Amérique latine.

À cette fin, les citoyens seraient intoxiqués par des boissons et des aliments contaminés par des nanorobots cérébraux ou seraient même kidnappés pour leur installer des implants cérébraux comme le modem cortical ou l'hippocampe artificiel sans leur consentement.

De nombreux faits étayent l'existence réelle de cette recherche inhumaine de la DARPA, les principales preuves étant les suivantes :

L'initiative BRAIN 

(La recherche sur le cerveau par l'avancement de la neurotechnologie innovante.)

 

Récemment, le président des États-Unis d'Amérique du Nord, Barack Obama, a présenté le projet BRAIN. La DARPA est le principal partenaire de ce projet [18]. La DARPA a investi plus de 500 millions de dollars pour soutenir la White House Brain Initiative depuis son annonce en 2013 [17]. Rafael Yuste, un scientifique principal de l'initiative BRAIN a déclaré publiquement que l'objectif principal du projet est de manipuler les neurones, on soupçonne donc que l'initiative BRAIN est un programme de recherche secret de contrôle de l'esprit qui est développé en Amérique latine [3,13,19,20]. Les initiales du projet BRAIN signifient "Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies". Des recherches récentes soupçonnent que ces "Advancing Innovative Neurotechnologies" du projet BRAIN sont en réalité des nanorobots cérébraux [3], et que l'initiative BRAIN vise donc à être un programme de contrôle de l'esprit par des nanorobots cérébraux.

La découverte des nanomafias

Pour son accessibilité, les nanorobots cérébraux sont la principale arme de contrôle de l'esprit, cependant la recherche sur les nanorobots cérébraux est difficile parce que la nanotechnologie agit au niveau atomique et pour cette raison l'expérimentation sur les humains est à haut risque, ce qui entraîne un manque évident de volontaires et donc il est difficile d'expérimenter les armes de contrôle de l'esprit comme les nanorobots cérébraux sur les humains. Pour cette raison, des recherches récentes ont révélé que le gouvernement américain et les transnationales de la technologie auraient recours à des méthodes criminelles pour obtenir des sujets d'expérimentation humaine ; ainsi, ils utiliseraient la violence, l'escroquerie, l'extorsion et le crime organisé [21,22].

Ces recherches alertent sur l'existence d'un réseau mondial de crime organisé qui développe de manière illicite des projets neuroscientifiques utilisant des neurotechnologies invasives afin de développer des armes de contrôle mental, principalement en Amérique latine.

Ce réseau corrompu a créé une organisation qui développe des expériences neuroscientifiques humaines secrètes, forcées et illicites à l'aide de neurotechnologies invasives telles que les nanorobots cérébraux, les micropuces et les implants pour exécuter des projets neuroscientifiques, qui peuvent même avoir conduit des scientifiques à gagner des prix Nobel de médecine [23] sur la base de ces expériences humaines illicites au détriment de la santé des Latino-Américains. Les différents types de projets développés avec des nanorobots ont un point commun : ils sont développés par télémétrie, par wifi, ils n'ont pas de forme physique et ils sont intangibles. 

En réalité, la nanomafia est la mafia du wifi, la "mafia fantôme", qui rend presque impossible de la dénoncer [21].

 

La découverte de l'internet cérébral en Amérique latine

De nombreuses preuves indiquent que la DARPA et les propriétaires de chaînes de télévision ont développé un réseau corrompu pour mettre en place l'Internet cérébral dans le monde entier, principalement dans les universités d'Amérique latine, l'un de ses principaux objectifs étant d'obtenir la vie sexuelle des étudiants et de contrôler leur esprit [24]. Dans les universités latino-américaines, les soi-disant "centres d'excellence" sont créés de manière suspecte ; leur nom "excellence" indique qu'il s'agirait de centres créés pour l'expérimentation transhumaniste. Le centre d'excellence de l'université nationale de San Marcos est promu principalement par l'université de Washington et la marine américaine. Il est nécessaire de souligner que l'ambassadeur des États-Unis au Pérou de l'époque, Brian A. Nichols, était présent lors de son inauguration. Des recherches récentes permettent de soupçonner que ce centre d'excellence a en réalité un objectif militaire et non un objectif de recherche. Ainsi, sous la direction secrète du gouvernement américain, ces centres d'excellence universitaires, en association illicite avec les bureaux des recteurs, les mafias de professeurs et les centres d'étudiants, organiseraient le contrôle mental dans les campus universitaires, en utilisant secrètement la neurotechnologie sur le personnel universitaire afin d'espionner et de contrôler toute l'université [24].

La création d'une « Silicon Valley » en Amérique latine

La création récente des soi-disant "Silicon Valley" d'Amérique latine telles que Yachay et Guadalajara aurait pour objectif secret de développer l'expérimentation humaine risquée avec des neurotechnologies invasives. En Équateur, l'université Yachay a suscité la suspicion pour son administration ; le comité de direction de cette université n'est composé que de professeurs du California Technology Institute (Caltech), très lié à la DARPA. Arati Prabhakar, directrice de la DARPA (2012-2017), est diplômée de Caltech, une institution militaire qui finance plusieurs projets de Caltech. 

D'une manière générale, tout porte à croire que des expériences humaines de contrôle mental seraient menées à Yachay [22,24-26]. D'autre part, IBM est installée depuis 40 ans à Guadalajara ; cette société est l'un des principaux organisateurs de la "Mexican Valley Silicon" à Guadalajara. IBM est considéré comme un partenaire principal de la DARPA qui finance plusieurs de ses projets neuroscientifiques. Des recherches récentes alertent sur le fait qu'IBM serait en train de développer des expériences humaines illicites pour réaliser des cartographies du cerveau au Mexique [25]. Ces preuves indiquent que la DARPA et IBM développent des expériences massives de contrôle mental au Mexique, principalement à Guadalajara. Ce soupçon est renforcé par les expressions des PDG d'IBM sur la technologie qui va se développer à Guadalajara :

"Cette technologie est une extension de l'esprit humain ; nous allons être capables de faire des choses que notre esprit ne peut pas faire maintenant" [25].

Le fort soupçon de contrôle mental dans les hôpitaux d'Amérique latine

En Amérique latine, l'une des principales entreprises suspectées de développer secrètement et illégalement le contrôle mental en association illicite avec la DARPA est la compagnie d'assurance santé péruvienne ESSALUD qui possède un réseau d'hôpitaux au Pérou. L'hôpital Alberto Sabogal est le principal hôpital suspect de l'expérimentation humaine illicite de la DARPA de par son emplacement. Il est situé près de la seule base militaire des forces armées américaines en Amérique latine, la NAMRUD-6. Le programme de contrôle mental de la DARPA aurait commencé en 2009 à l'hôpital Alberto Sabogal pendant l'administration du président américain Barack Obama, et en tant que secrétaire d'État Hillary Clinton, tous deux ont coordonné le crime organisé avec le président Alan García Pérez et celui-ci à son tour avec le président d'ESSALUD Fernando Barrios Ipenza [22].

Barrios l'a développé en secret avec les unités de recherche des hôpitaux péruviens, l'Institut national de la santé, l'institution étatique péruvienne qui donne la certification officielle pour la recherche biomédicale au Pérou et l'APRA, le parti qui gouvernait le Pérou à cette époque. Les unités de recherche des hôpitaux latino-américains camouflent des projets transhumanistes de plusieurs millions de dollars, escroquant les patients, comme l'unité de recherche de l'hôpital Sabogal où sont développés des projets de recherche en neurosciences qui visent à être le camouflage d'expériences transhumanistes de contrôle mental dans cet hôpital. Ce fait est renforcé par le fait que cette société a placé plusieurs publicités avec le mot "contrôle" qui vise à être une promotion subliminale du contrôle mental [22]. 

Des recherches récentes alertent sur des campagnes de chirurgie de masse à ESSALUD, opérant environ 20.000 patients en peu de temps, campagnes qui se veulent en réalité des campagnes chirurgicales pour implanter des implants secrètement technologiques à des milliers de patients [22] (Figure 1).

Le suspect de l'expérimentation humaine illicite dans la construction de puces neuromorphiques financée par la DARPA

La DARPA a financé la création de la puce neuromorphique True North annoncée en 2014 comme la puce similaire au cerveau la plus avancée créée à ce jour. Cette puce est l'une des plus grandes et des plus avancées qui aient été créées, 768 fois plus efficace que toutes les autres qui ont été créées. On soupçonne que cette puce neuromorphique a été créée sur la base d'expériences humaines illégales pour plusieurs raisons, notamment parce que la DARPA elle-même a révélé publiquement qu'il n'existe aucune technologie capable de capter les signaux qui informent les scientifiques de ce qui se passe exactement à l'intérieur du cerveau. L'absence de telles études et la rapidité avec laquelle la puce cérébrale a été construite (six ans seulement) laissent penser que d'autres sources d'information seraient cachées, comme des expérimentations humaines secrètes et forcées, avec des neurotechnologies invasives telles que des implants cérébraux ou des nanorobots dans des pays d'Amérique latine [25-27].

Figure 1 : À gauche : Le contrôle mental : Des nazis à la DARPA. Le camp de concentration de Dachau (photo de la BNF, 1945, libération du camp), l'un des premiers endroits où les programmes de contrôle mental ont débuté. (À droite) L'hôpital Alberto Sabogal est le principal endroit où la DARPA développe des expériences humaines illicites et forcées avec des nanorobots cérébraux, des micropuces pour exécuter le contrôle mental.Figure 1 : À gauche : Le contrôle mental : Des nazis à la DARPA. Le camp de concentration de Dachau (photo de la BNF, 1945, libération du camp), l'un des premiers endroits où les programmes de contrôle mental ont débuté. (À droite) L'hôpital Alberto Sabogal est le principal endroit où la DARPA développe des expériences humaines illicites et forcées avec des nanorobots cérébraux, des micropuces pour exécuter le contrôle mental.

Figure 1 : À gauche : Le contrôle mental : Des nazis à la DARPA. Le camp de concentration de Dachau (photo de la BNF, 1945, libération du camp), l'un des premiers endroits où les programmes de contrôle mental ont débuté. (À droite) L'hôpital Alberto Sabogal est le principal endroit où la DARPA développe des expériences humaines illicites et forcées avec des nanorobots cérébraux, des micropuces pour exécuter le contrôle mental

L'annonce de l'épidémie de zombies

Des recherches récentes permettent de soupçonner que l'apocalypse zombie annoncée par le CDC et l'armée américaine serait en réalité une épidémie mondiale de contrôle mental utilisant des nanorobots cérébraux [28], camouflée en épidémie "virale" et organisée par le CDC lui-même et l'armée américaine. On soupçonne également fortement le gouvernement américain de procéder à une dissémination secrète des nanorobots du cerveau dans le monde entier, "une pandémie de nanorobots du cerveau" [3,28]. Des recherches que le CDC et l'armée américaine n'ont pas démenties. L'élection du Mexique dans la série télévisée sur l'origine de l'épidémie de zombies n'est probablement pas une simple fiction ; il est probable que des milliers de Mexicains soient victimes d'une administration secrète de nanorobots cérébraux pour développer le contrôle de l'esprit [28].

La promotion du super-soldat par la DARPA

La DARPA fait la promotion du super-soldat. Le scientifique de la DARPA déclare :
"Les soldats n'ayant aucune limitation physique, physiologique ou cognitive seront la clé de la survie et de la domination opérationnelle dans le futur" [29].
La clé de ce projet est la neurotechnologie invasive, les nanorobots et les micropuces du cerveau. Il existe trois applications militaires potentielles de la neurotechnologie invasive dans le super-soldat : a) l'augmentation cognitive, qui alerte les soldats des menaces ; b) la télépathie synthétique, qui permettrait aux soldats de communiquer entre eux ; c) les armes contrôlées par la pensée [30]. Il est évident que la DARPA a besoin d'une expérimentation humaine illicite secrète de contrôle mental pour pouvoir développer cet objectif militaire du projet de super-soldat. Il est nécessaire de souligner que le projet de super-soldat est une fraude. La DARPA n'informe pas que la neurotechnologie invasive peut être une arme contre le soldat ; il perdrait sa vie privée en étant espionné en permanence par l'internet cérébral, il perdrait le contrôle de son esprit, le soldat serait contrôlé par d'autres et perdrait ainsi son autonomie, nous transformant en robots humains.

Il existe de nombreuses preuves que la DARPA développe des cyborgs dans les universités péruviennes. Il est nécessaire de souligner que la neurotechnologie invasive est la principale caractéristique d'un cyborg.
 

Kevin Warmick ©Nick Smith Photojournaliste

Kevin Warmick, le principal promoteur des cyborgs dans le monde, déclare :

"J'ai un seul objectif dans ma vie. Je veux être un cyborg. Je veux être la première personne au monde mi-homme mi-machine"[22].

Cependant, Warmick n'utilise pas non plus d'implants cérébraux. Lorsqu'on l'interroge sur la possibilité d'utiliser des neurotechnologies invasives, il répond :

"J'aime vraiment ma vie et il y a de nombreuses possibilités que quelque chose se passe mal, tant lors de l'implantation de la puce que lors de son retrait" [22].

Dans des ouvrages scientifiques récents, on exprime ce qui suit : 

"De nos jours, il semble peu probable que des êtres humains utilisent volontairement la puce cérébrale Intel, elle pourrait probablement avoir des applications pour des personnes comme les tétraplégiques" [26].
La société ne révèle pas d'intérêt pour l'utilisation d'implants cérébraux, contre cette réalité, la DARPA a étonnamment annoncé qu'elle allait créer une armée de cyborgs, c'est un mystère comment elle fait ses recherches biomédicales. L'expérimentation transhumaine illicite secrète et forcée dans les universités latino-américaines serait le secret de ce programme de robots soldats [22]. Des enquêtes récentes mettent en garde contre la présence d'expériences de contrôle mental dans les universités de Lima dites du "cône nord", comme l'université César Vallejo. Celle-ci appartient à César Acuña, qui a des liens étroits avec IBM, partenaire de la DARPA. La publicité de cette université est très similaire à la propagande menée par le gouvernement américain pour le recrutement militaire et renforce le soupçon d'expérimentation humaine de contrôle de l'esprit chez les étudiants dans le but de les transformer en robots soldats pour l'armée américaine [22].

La DARPA ne se contentera probablement pas de transformer les étudiants universitaires contrôlés par l'esprit en robots humains pour servir l'armée américaine, ce qui est pire, il est probable que le projet réel les transformera également en soldats clones, effaçant son identité et la remplaçant par une autre, effaçant sa mémoire et la remplaçant par une autre, la campagne "désapprendre pour apprendre" et la publicité de nombreuses universités péruviennes où les étudiants universitaires sont montrés comme des clones indique l'existence de ce projet secret [22]. 

Discussion

Le gouvernement américain fait une campagne de plusieurs millions de dollars pour nier le contrôle mental. Le principal intervenant sur la DARPA et le contrôle mental est probablement Jonathan Moreno, auteur de livres et d'articles sur le contrôle mental [31]. Moreno a été membre du personnel de direction de trois commissions consultatives présidentielles et a siégé dans un certain nombre de comités consultatifs du Pentagone. Il est professeur d'éthique à l'université de Pennsylvanie et rédacteur en chef du magazine en ligne Science Progress du Center for American Progress. L'American Journal of Bioethics l'a qualifié de "bioéthicien le plus intéressant de notre époque".
Moreno dit à propos du contrôle de l'esprit :

"Je crois que les personnes qui pensent avoir été victimes d'expériences gouvernementales de contrôle de l'esprit sont malavisées, mais je suis également impressionné par le fait qu'il existe des milliers de ces personnes. [NDT : ces personnes ne peuvent être que... malavisées... Une technique de contre-attaque qui peut être mise en parallèle avec la théorie des 'faux souvenirs', utilisée par les prédateurs dans le cadre de confessions d'enfants victimes d'abus sexuels] J'ai travaillé pour deux commissions consultatives présidentielles et j'ai entendu beaucoup de ces personnes apporter un témoignage parfaitement lucide sur des scénarios. Je les trouve fantastiques" [3,31]. 
"Il existe une grande sous-culture qui croit que leur cerveau est manipulé par des forces insidieuses" [3]. "Ce n'est pas parce que vous êtes paranoïaque que quelqu'un ne vous suit pas" [31].

Jonathan D. Moreno

Malgré ses propos, il y a de forts soupçons que Moreno connaisse l'expérimentation humaine illicite de la DARPA et qu'il développe une campagne intentionnelle de désinformation. Ce soupçon est fondé sur le fait que Moreno a accès aux principales informations sur la DARPA. La presse dit à son sujet :

"Les activités de la Darpa ont été suivies pendant une grande partie de cette période par Jonathan Moreno, qui a occupé la position privilégiée d'initié/extérieur qui lui donne à la fois accès et liberté de commenter. Son nouveau livre, Mind Wars, met à jour ses récits précédents sur les guerres de l'armée contre l'esprit pour nous donner des nouvelles effrayantes des derniers projets de la DARPA" [32].

Moreno a également écrit un article intitulé : "La DARPA dans votre esprit". [33] (une allusion évidente au programme de contrôle mental de la DARPA par le biais de neurotechnologies invasives).


Malgré les propos du conseiller présidentiel et de nombreux scientifiques américains [2], il existe de nombreuses preuves de ce programme de contrôle mental, principalement en Amérique latine [3].

Il est nécessaire de souligner que, contrairement à MKUltra, des chercheurs récents ont découvert le programme américain de contrôle mental en plein développement. MKUltra était un projet secret de la CIA mené de 1953 à 1964 [11,12], mais le projet MKUltra n'a été porté à l'attention du public qu'en 1975. Le rapport des États-Unis de 1977 sur MKUltra disait :

"Il faut préciser dès le départ qu'en général,
nous nous concentrons sur des événements qui se sont produits il y a plus de 12 ans ou même 25 ans"
 [11].

"Le plus troublant était peut-être le fait que l'étendue de l'expérimentation sur des sujets humains était inconnue. Les archives de toutes ces activités ont été détruites en janvier 1973, sur instruction de Richard Helms, alors directeur de la CIA" [11].


"Malgré les demandes persistantes de la sous-commission Santé 1977 du Sénat sur MKUltra : Opening Remarks 7 que par la Commission du renseignement, aucun dossier ou information supplémentaire n'a été fourni. Et personne - aucun individu - n'a pu être trouvé qui se souvienne des détails, ni le directeur de la CIA, qui a ordonné la destruction des documents, ni le responsable du programme, ni aucun de ses associés" [11].

Cependant, la situation du programme américain actuel de contrôle mental est différente. En réalité, les preuves montrent que les États-Unis, par le biais de la DARPA, ont créé un réseau interconnecté de crime organisé dans le monde entier pour développer le contrôle mental, avec le soutien officiel des gouvernements corrompus d'Amérique latine, des universités, des mafias de procureurs et la participation et le silence de la presse. De nombreuses preuves indiquent que les universités américaines, considérées comme les meilleures du monde, telles que Harvard, Yale et Stanford, participent à ce programme sadique de contrôle mental en association illicite avec la DARPA. Ces universités ont également participé au programme MKUltra. Il est également évident qu'étant donné la grande extension de ce programme de contrôle mental dans le monde et la grande quantité d'informations dont disposent des institutions comme les services de renseignement mondiaux et les institutions policières comme le FBI et l'INTERPOL, ces institutions connaissent ce programme secret de contrôle mental de la DARPA. Il peut être une source d'enrichissement illicite et éventuellement une arme secrète de torture et d'extorsion. Comme preuve de sa participation secrète, ni le FBI, ni la CIA, ni le SVR, ni le MOSSAD, ni INTERPOL, ni aucun service de renseignement dans le monde n'a signalé ce programme de contrôle mental.

Ce réseau corrompu de la DARPA pour le développement du contrôle mental des Etats-Unis donne naissance à un cercle corrompu exclusif de "nouveaux millionnaires" en Amérique latine : professeurs de médecine, syndicats de la santé, médecins, infirmières, techniciens, directeurs d'hôpitaux, physiciens, journalistes, éditeurs de revues scientifiques, bibliothécaires, ingénieurs, politiciens, professeurs, policiers, procureurs, juges, militaires, étudiants universitaires et même écoliers qui s'enrichissent illicitement au détriment de la santé et de l'honneur de leurs victimes.
Les mafias des bureaux des procureurs, de la magistrature et de la police nationale sont les pièces maîtresses de ce réseau criminel qui s'enrichit illicitement en contrôlant l'esprit et en torturant les citoyens.
Actuellement, la presse écrit de nombreux livres et articles visant à sensibiliser les gens aux horreurs de l'holocauste perpétré à Dachau par les nazis, qui comprenait des expériences de contrôle mental, mais elle dissimule et participe au programme sadique de contrôle mental que la DARPA développe dans le monde. En effet, la presse fait la promotion des organisateurs et intervenants du programme américain de contrôle mental tels que Justin Sanchez, Regina Dugan ou Michael Goldblatt [34].


Contrairement à la médecine nazie qui est dénoncée par les médias de masse dans leurs gros titres comme un crime, le programme de contrôle de l'esprit de la DARPA avec les nanorobots du cerveau est un secret de la presse scientifique et il reste inconnu de la plupart de la société qui le considère même comme une fiction en raison de la propre campagne de désinformation de la presse qui présente ce crime comme une fiction.

La raison en est qu'il existe de nombreuses preuves que les magnats des médias sont les principaux organisateurs et bénéficiaires de ce réseau nanotechnologique illicite en Amérique latine.
 

Figure 2 : Fascisme numérique : L'objectif du contrôle de l'esprit. Les neurotechnologies invasives telles que les nanorobots cérébraux, les micropuces et les implants peuvent être utilisées comme des armes de contrôle de l'esprit (à gauche), ces neurotechnologies invasives peuvent conduire au fascisme numérique, une ploutocratie qui dirige le reste des citoyens qui seront des esclaves numériques, un gouvernement rêvé par les nazis (à droite).

Des livres récents sur le DARPA disent :

"Le secret du succès de la DARPA ne réside pas dans le financement. Ce qui la distingue, c'est son utilisation brillante du capital intellectuel. Sa "seule charte est l'innovation radicale", selon son plan stratégique. Le système d'innovation de la DARPA est également devenu un modèle pour les autres ministères. La DARPA est une agence scientifique, pas un organisme d'espionnage [16].

En réalité, l'"innovation radicale", le modèle pour les autres départements gouvernementaux, est l'expérimentation humaine illicite et forcée de la DARPA en Amérique latine avec des neurotechnologies invasives, avec la complicité des mafias de procureurs dans le monde.
Les principales revues scientifiques telles que Science, NatureThe Lancet, Neuroimage, publient de nombreux articles neuroscientifiques des scientifiques de la DARPA qui cachent la vérité :
Le véritable "matériel et les méthodes" sont l'expérimentation humaine forcée avec des technologies neuro-invasives.
La résonance magnétique fonctionnelle est son principal camouflage de l'expérimentation humaine illicite dans la section des matériels et méthodes des journaux scientifiques" [20,26].
La presse connaît la véritable origine des nouvelles armes de la DARPA, les secrets de "l'innovation de la DARPA" [35] mais cache la vérité, l'expérimentation humaine illégale et forcée sur le contrôle de l'esprit que la DARPA développe en Amérique latine.

Les preuves indiquent également que les nanomafias qui organisent le contrôle mental des États-Unis sont interconnectées pour former un réseau international avec un méga projet dont le but est de créer une société fasciste numérique, une oligarchie qui dirige le reste des citoyens, qui porteront des nanorobots et seront des esclaves numériques, une robotisation humaine de la société au service de l'élite millionnaire.


Ce projet fasciste numérique de la DARPA est mondial ; l'objectif n'est pas seulement de contrôler les humains, il peut contrôler la planète entière en utilisant des micropuces dans les êtres humains, les animaux et les choses. "L'Internet des objets" et "la voiture sans conducteur" ont vraiment pour objectif le contrôle fasciste des choses. Chez les hommes, le projet d'"esclave numérique" (robot humain) a différentes composantes : le contrôle de l'esprit, l'espionnage permanent avec l'internet cérébral, la privation sensorielle, la vie dans une réalité virtuelle, la suppression de la mémoire et l'élimination de la sexualité.

Dans une vision générale, les expériences nazies de Dachau sur le contrôle mental sont poursuivies par ce réseau d'expérimentation global pour implanter le nouvel ordre mondial [36], le nouveau fascisme : Le fascisme numérique (figure 2).
En réalité, l'expérimentation humaine illégale que la DARPA réalise dans le monde pour développer son programme de contrôle mental est sa véritable histoire, l'histoi
re non censurée de la DARPA.

Conclusion

Le contrôle mental est le plus grand secret actuel de la DARPA. La DARPA organise une vaste campagne d'expérimentations humaines illégales pour développer le contrôle mental dans le monde, principalement en Amérique latine, avec le soutien officiel de gouvernements corrompus, de mafias de procureurs et avec la participation et le silence de la presse. Il est nécessaire que la société soit informée de la vérité sur le projet de contrôle mental de la DARPA et que les autorités honnêtes prennent des mesures préventives pour bloquer le contrôle mental massif que la DARPA développe dans le monde.» Pr D. Salinas Flores (Traduit avec DeepL)

_____________________________________________________________

BRAIN INITIATIVE

Qu'est-ce que l'initiative® BRAIN? L'initiative BRAIN Research Through Advancing Innovative Neurotechnologies® (BRAIN) vise à révolutionner notre compréhension du cerveau humain. En accélérant le développement et l'application de technologies innovantes, les chercheurs seront en mesure de produire une nouvelle image dynamique révolutionnaire du cerveau qui, pour la première fois, montre comment les cellules individuelles et les circuits neuronaux complexes interagissent dans le temps et l'espace. Longtemps souhaitée par les chercheurs à la recherche de nouvelles façons de traiter, de guérir et même de prévenir les troubles cérébraux, cette image comblera des lacunes majeures dans nos connaissances actuelles et offrira des opportunités sans précédent pour explorer exactement comment le cerveau permet au corps humain d'enregistrer, de traiter, d'utiliser, de stocker et de récupérer de grandes quantités d'informations, le tout à la vitesse de la pensée.

_____________________________________________________________

 

Mind Control: From Nazis to DARPA

David Salinas Flores*

Fichier PDF original en anglais à télécharger

Vous trouverez les références indiquées dans l'article original de David Salinas Flores

_____________________________________________________________

 

L’institut Tavistock, un laboratoire d’ingénierie sociale

Méridien Zéro nous propose de lever un voile sur ce qui constitue le principal laboratoire de manipulation et formatage des opinions publiques occidentales, et ce depuis quasiment un siècle.

_____________________________________________________________

Le programme MKUltra* 

Voir le documentaire :

_____________________________________________________________

 

Abonnez-vous à pangolinsetmantilles.info 😉

pour être informé dès qu'un nouvel article est publié

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article