Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'information alternative - Nous vivons une époque troublée de dictature "sanitaire" et de manipulation à l'échelle mondiale... 

Pangolins et mantilles

Comment en 20 ans la « pandémie grippale » covid a été préparée comme une guerre bioterroriste

 Pour comprendre la situation à la fois ubuesque et angoissante dans laquelle nous sommes plongés depuis plus d'un an et demi, je vous propose de consulter ce dossier établi par Monika KARBOWSKA, diplômée en Histoire des relations internationales à l’Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne.

Française et polonaise, elle milite pour la reconstruction d’une nouvelle Pologne populaire, pour une Europe « autre », socialiste et féministe, et pour un monde de paix. Ses rercherches portent principalement sur les relations entre la Pologne et la France entre 1956 et 1969.(Ed. Delga 

Premier chapitre du dossier "Comment en 20 ans la " pandémie grippale " covid a été préparée comme une guerre bioterroriste" 

Dark Winter, Global Health Security Initiative, Atlantic Storm, Event 201

Wikijustice Julian Assange est une association Loi 1901 crée en septembre 2019 par des participants au mouvement social des Gilets Jaunes afin de soutenir Julian Assange face à à la justice britannique. Une lettre contenant un SOS en morse et signée Julian Assange venait de parvenir à une militante française qui écrivait régulièrement à l’adresse donnée par les soutiens officiels de Julian Assange. Nous avions déjà pris le train de marche de la lutte que nous avons menée jusqu’au bout, des 22 audiences mensuelles au tribunal Westminster Magistrate Court, en passant par la lourde semaine de février 2020 au tribunal de Woolwich, jusqu’à la Old Bailey à la City of London Corporation le 4 janvier 2021.

 

 

Mais lorsque l’affaire Covid19 a éclaté en France, grâce à notre expérience dans l’affaire Assange, nous avons immédiatement compris la dimension mensongère et outrancière du discours médiatique planétaire. Le 16 mars 2020 à l’imposition du premier confinement de Macron nous avons répondu en diffusant un texte rappelant le « bourrage de crâne » guerrier de 1914. Depuis, nous n’avons cessé d’accumuler analyses, plaintes internationales, articles et actions, malgré nos difficultés et nos épreuves. Aujourd’hui alors que nos droits humains les plus fondamentaux sont menacés d’être réduits à néant en France et en Europe, nous voulons dévoiler la vérité derrière le simulacre, les vrais pouvoirs qui décident de nos vies derrière les rideaux de fumée médiatique. Comme Julian Assange nous l’a recommandé dans sa lettre «light up the night until victory » – « éclairez la nuit jusqu’à la Victoire »[1] !

TITRES DES DIVERS CHAPITRES A CONSULTER DIRECTEMENT SUR INTERNET

  • Julian Assange,  le covid – le storytelling médiatique contre la réalité
  • Liens entre la guerre US contre l’Irak et la « pandémie » Covid
  • Dark Winter, les préparatifs pour la guerre biologique mondiale
  • La stratégie minutieuse du Global Health Security Initiative de 2002 à 2005 – la « pandémie de grippe » à l’horizon
  • L’OTAN au cœur de la gestion de la « pandémie grippale »
  • Les politiques de confinement et de contrôles décidées depuis 2006
  • 2009- 2011- le virus H1N1, une répétition générale pour un gouvernement sanitaire mondial
  • 2011- 2012, la révolte des peuples freine-t-elle l’apparition de la « pandémie » ?
  • Le « Double usage » ou  l’intervention des militaires et des services secrets dans la santé des peuples
  • Le discours sur la « résistance aux anti-biotiques » comme fer de lance de la propagande covidienne 
  • Du GHSI en 2013 à Rome au Londres au 13 janvier 2020 au Frontline Club à Londres
  • 2014 – 2016 : accélération, le Global Health Security Initiative en outil géopolitique mondial
  • 2017 et 2018, tout est prêt pour l’attaque « grippe pandémique »
  • Krach boursier de septembre 2019, exercice « Event 201 » et éclatement du covid
  • Savoir, c’est le début de la contre-attaque citoyenne

 

Dernier chapitre du dossier "Comment en 20 ans la " pandémie grippale " covid a été préparée comme une guerre bioterroriste" 

Savoir, c’est le début de la contre-attaque citoyenne

Il faut dire que l’aréopage de décideurs non élus s’est déjà réuni de nombreuses fois sans que nous n’y prêtions attention : le 1 décembre 2018 à Lyon par exemple, en pleine révolte des Gilets Jaunes, a lieu une importante conférence sur les « préparations des urgences sanitaires en milieux urbains[1]. Cette réunion qui est passé totalement inaperçue en France a pourtant eu comme sujet la feuille de route élaborée par le Global Health Security Iniative sur le thème des « menaces pandémiques ». Notre avenir en tant qu’humains menacés d’infection pandémique y était pourtant déjà discuté par ceux qui nous gouvernent.

La suite de l’histoire est la conséquence des décisions prises par ces instances non démocratiques.

Bref retour sur les faits

Nous avons donc vu que ce sont les instances de l’armée américaine qui ont inventé le concept de « grippe pandémique » comme attaque bioterroriste. Les entités de l’armée américaine et ses services secrets ont préparé depuis l’année 1999 des exercices de simulation d’une attaque aux agents pathogènes à laquelle les gouvernements des pays européens devaient se préparer à riposter par des politiques sécuritaires liberticides vis-à-vis de leurs peuples et par une vaccination de masse imposée. Dès 2002 les gouvernements de 4 Etats occidentaux majeurs se réunissent chaque année avec les autorités militaires et sanitaires américaines et, accompagnés des représentants du Mexique du Japon, forment le réseau sans structure juridique définie appelé le Global Health Security Initiative. Ces ministres et ces hauts fonctionnaires ont dès 2002 comme objectif obsessionnel de coordonner leur préparation à une « pandémie de grippe » à laquelle ils comptent répondre comme on riposterait à une attaque militaire.

Depuis 2012 ils assument et proclament qu’une fuite d’un laboratoire « dual research, c’est-à-dire développant des agents pathogènes aussi bien en recherche civile qu’en recherche militaire, va prochainement se produire. Les méthodes de riposte à cette guerre bactériologique mondialisée doivent être selon eux la vaccination imposée massive et une politique de restrictions économiques, sociales et politiques imposée aux populations qui se voient dépossédées de leur droits démocratiques de décider de leur santé.

Depuis le début la réunion Global Health Security Initiative investit l’OMS d’un pouvoir de coercition et d’ingérence dans la vie intime des habitants de la planète que l’organisation onusienne n’a pas dans ses statuts. 15 ans après, combiné au pouvoir déjà redoutable de la Banque Mondiale et de l’OTAN, l’OMS commence à ressembler à un embryon de gouvernement mondial des corps. Le protocole de Nagoya, signé entre temps, permet au multinationales privées de s’accaparer les ressources génétiques du vivant, êtres humains compris, et les Etats membres du GHSI incluent le partage des ressources génétiques dans leur panoplie de « réponse à une grippe pandémique ».

En 2017 et 2018 les Etats occidentaux accélèrent le mouvement : ils imposent le concept de « sécurité sanitaire », qui pourtant ne figure pas dans les traités et dans la Charte des Nations Unies et encore moins dans les Constitutions de ces Etats. Les Droits de l’Homme sont complètement oblitérés dans ce plan minutieux mûri pendant 20 ans sans qu’aucun citoyen n’ait pu en prendre connaissance. Les médias, les réseaux sociaux et les organisations syndicales et professionnelles sont enrôlés dans la propagande gouvernementale sur la « pandémie ».

Le plan de riposte à la « grippe pandémique » est élargi au pays du G20 et aux BRICS sous forme d’«exercices de préparation » et de Règlement Sanitaire International diffusé par l’OMS. En juin 2019 a lieu la dernière réunion du GHSI et en octobre 2019 aux USA un dernier «exercice de préparation pandémique » qui met en scène un coronavirus issu d’une chauve-souris.

Au même moment exactement cette maladie là apparait en Chine et le 11 mars 2020 l’OMS lance le plan d’attaque mondial. Au cours de ces mêmes mois, parallèlement à l’épidémie, se répand une nouvelle crise financière mondiale.

Il apparait bien vite que malgré ce plan de riposte si précis, les peuples d’Europe de l’Ouest et des Etats Unis font les frais de la maladie, de la destruction des systèmes de soins et des pénuries diverses consécutives à la désindustrialisation de l’Occident depuis 30 ans.

Alors qu’une concertation internationale entre pays visant à se prémunir d’une épidémie ne serait pas illégitime si elle se déroulait en toute transparence et dans un souci démocratique et réellement sanitaire, nous ne pouvons que constater que la politique opaque au sein du Global Health Security Initative n’a finalement eu comme conséquence que l’instauration de politiques liberticides.

Les citoyens sont transformés en cobayes du Big Pharma et leurs droits fondamentaux constamment niés et détruits. La dignité des êtres humains est bafouée, l’Homme est traité par l’Etat comme un « amas de cellules défectueuses », selon la critique très juste de la journaliste Karine Bechet-Golovko. Le secret médical, le consentement aux soins, le droit de franchir la frontière de son pays avec son passeport sont pratiquement abolis en Europe. Les droits d’exercer son métier, de faire travailler son entreprise, de se réunir, d’aller et venir, d’aller à l’école et l’université, de respirer librement, de s’exprimer et de publier sont sévèrement limités par une répression policière, administrative, juridique intense comme on n’en avait pas connue en Europe occidentale depuis les années 30 du 20ème siècle.

Dans quelle mesure les réunions du GHSI non fondées en droit international ont planifié ce régime qui prend une tournure de dictature à prétexte sanitaire ? Nous avons le droit de le savoir ! Les documents du GHSI et des « simulations » auxquelles nos gouvernements ont participé doivent être rendus publics et la Vérité sur la manipulation doit être faite pour rebâtir l’Etat de Droit, seul garant de la sauvegarde de l’Humanité et de la Civilisation.

Car ne l’oublions pas : c’est en Europe que « l’Homme a fait subir le pire sort à l’Homme »[2] parce que les Droits de l’Homme ont été « méconnus et méprisés », comme le proclame le préambule de la Déclaration Universelles des Droits Humains. Et les « régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine »[3], les régimes nazis, ont commencé par une politique de «Reinheit », de « pureté » des corps, qui devaient être vierges de maladies et de « contamination » pour avoir le droit de vivre. Nous savons à quoi la discrimination selon le « corps sain » (« heil, rein » en Allemand) peut mener… Les Droits Humains ne dépendent PAS de la situation sanitaire d’un corps, et encore moins si c’est l’Etat qui décide si ce corps est « sain » ou pas ! Les Droits Fondamentaux sont inaliénables et sacrés ! Aucune épidémie, aucune guerre ne donne la légitimité de les abolir !

Si nous oublions cela, si nous méprisons nos Droits, si nous préférons l’obéissance aux Droits, alors tôt ou tard nous allons périr. Nos anciens qui ont combattu contre le nazisme et qui nous ont légué nos Constitutions et notre Déclaration Universelle des Droits de l’Homme nous en ont avertis !

La vidéo officielle d'EVENT201

Article analysant EVENT201

Jeux de simulation de pandémie - Préparation à une nouvelle ère ? par Paul SCHREYER (vidéo sous-titrée en anglais)

Vidéo analysant la conférence de Paul SCHREYER (en français)

Conclusion

Les participants à ces jeux de simulation étaient des représentants haut placés des autorités et des gouvernements ainsi que des journalistes renommés, et enfin des membres du conseil d’administration de multinationales. Dans tous les exercices, la limitation des droits civils et des libertés a également joué un rôle. En 2020, l’OMS a effectivement déclaré une pandémie de coronavirus. Un grand nombre des mesures répétées et discutées pendant des années dans les jeux de simulation ont depuis été mises en œuvre au niveau mondial. Dans ce contexte, peut-on encore croire à une pandémie « accidentelle » ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article