Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'information alternative Nous vivons une époque troublée de dictature "sanitaire" et de manipulation à l'échelle mondiale... 

Pangolins et mantilles

« IIDENTITÉ NUMÉRIQUE » : Projet mondial et européen

Le Forum économique mondial (FEM) a dévoilé son système mondial de crédit social qui lui donnera le pouvoir de contrôler les citoyens et de punir les personnes jugées « indignes de confiance » par les élites mondiales.

En février 2022, le FEM de Klaus Schwab a publié un nouveau rapport intitulé « Advancing Digital Agency : The Power of Data Intermediaries », qui détaille leurs plans pour la création de la quatrième révolution industrielle, une fusion du « monde physique, numérique et biologique. »

Le rapport déclare que « la pandémie de COVID 19 a conduit à une attention accrue sur le pouvoir des données médicales, en particulier les passeports vaccinaux. Ces passeports, par nature, servent de forme d’identité numérique ».

Rairfoundation.com rapporte : Une telle identité numérique peut être utilisée, entre autres, pour accéder à vos traitements d’assurance maladie, surveiller vos appareils de santé et vos téléphones, ouvrir un compte bancaire et effectuer des transactions financières.

Avec votre laissez-passer numérique, vous pourrez réserver des voyages et passer les douanes. Vous pourrez également utiliser un tel identifiant numérique pour faire des achats, utiliser les médias sociaux, voter, remplir des déclarations d’impôts et percevoir des prestations.

Le FEM voit également un rôle essentiel dans les télécommunications. Avec une identité numérique, les appareils et les données sur le réseau peuvent être surveillés.

Crédit social alternatif

Le projet d’identité numérique du Forum Economique Mondial (FEM) jette maintenant les bases d’un système mondial de crédit social qui lui donnera le pouvoir de contrôler les citoyens et de punir ceux qu’il juge « indignes de confiance ».

 

Le rapport du FEM indique que des tiers porteront des jugements sur la base de votre historique de crédit, de vos antécédents médicaux et de vos comportements en ligne. Par exemple, « une banque décide de l’attrait d’un individu pour un prêt ».

Les banques prendront en compte le comportement social d’un individu, à la fois en ligne et hors ligne, dans le processus d’octroi de crédit. C’est ce qu’on appelle l’Alternative Credit Scoring, qui exploite le big data pour analyser non seulement les antécédents financiers mais aussi les comportements sociaux. Malheureusement, ce type de système risque d’introduire un système de crédit social comme celui du Parti communiste chinois (PCC), où l’accès aux biens et services est basé sur le comportement social d’une personne**. (ERRONÉ, voir l'article des ECHOS dans la publication suivante de Pangolinsetmantilles.info)

Selon le rapport du FEM, les systèmes d’identité numérique comprennent :
  • Le profil : Peut inclure des attributs de données inhérents (tels que les données biométriques) ou attribués (tels que les noms ou les numéros d’identification nationaux).
  • L’historique : Historique de crédit ou médical, comportements d’achat en ligne.
  • Les inférences : Jugements ou décisions prises sur la base des processus d’authentification, des profils et des historiques (par exemple, une banque décide de l’intérêt d’un individu pour un prêt).

La réunion virtuelle du Forum économique mondial (FEM), qui s’est tenue du 25 au 29 janvier, a ajouté l’évaluation alternative du crédit à son ordre du jour. L’évaluation traditionnelle du crédit analyse le comportement financier d’un individu ; l’évaluation alternative du crédit tiendra également compte du comportement social de l’individu.

Comme indiqué précédemment par la Fondation RAIR USA, les moyens par lesquels les mondialistes non élus souhaitent extraire vos données les plus privées sont incroyablement invasifs. Ils incluent des dispositifs implantés dans votre corps, votre maison et les villes où vous vivez. L’objectif est de collecter autant d’informations sur vous que possible par tous les moyens nécessaires.

L’avenir du FEM prévoit une surveillance constante des êtres humains et de leur environnement grâce à l’écosystème de l’Internet des corps (IoC). Cet écosystème connecte les êtres humains à la technologie par le biais de dispositifs permettant au forum d’obtenir des quantités massives de données sur un individu. La RAND Corporation explique que,

L’Internet des corps, ou IoC (IoB en anglais pour Internet of Bodies, ndlr) est en fait un écosystème. Il s’agit d’un ensemble d’appareils connectés à l’internet qui contiennent des logiciels et qui soit collectent des données personnelles sur votre santé, soit peuvent modifier le fonctionnement du corps. Nous considérons l’internet des corps comme l’ensemble de ces appareils, ainsi que toutes les données que ces appareils recueillent à votre sujet.

RAND prévient que l’IoC pourrait également mettre en péril nos informations personnelles les plus intimes et poser de nombreux problèmes éthiques. Ils préviennent même qu’elle pourrait « accroître les risques géopolitiques mondiaux, car les États de surveillance peuvent utiliser les données de l’IoC pour imposer des régimes autoritaires ». Comme l’a admis le rapport sur les risques internationaux du FEM en 2019, « l’autoritarisme est plus facile dans un monde de visibilité et de traçabilité totales. »

Intermédiaires de données

Une fois nos données extraites, les Forums économiques mondiaux, les « intermédiaires de données », seront prêts à « vous aider. »

« Ces tierces parties serviraient de liens entre les personnes et les entités qui collectent leurs données, ou entre les entreprises et leurs partenaires. » Comme l’indique Kate Kaye, « ils pourraient prendre de nombreuses formes, des agents numériques aux fiduciaires représentant les personnes et leurs choix en matière de confidentialité des données. Ou ils pourraient être des fiducies facilitant les négociations collectives sur les données au nom de personnes ou d’entreprises individuelles. Les intermédiaires de données pourraient même prendre des décisions automatisées en utilisant l’intelligence artificielle. » Le FEM rapporte ,

À leur niveau le plus basique, ils facilitent l’échange d’informations ; à leur niveau le plus sophistiqué, ils peuvent assumer la prise de décision, y compris au nom des personnes.

Bien que Klaus Schwab et le Forum économique mondial veuillent faire croire au monde que leurs objectifs sont d’améliorer notre « santé » et notre « bien-être », ils ont en réalité l’intention de dominer les êtres humains à l’échelle planétaire.

_____________________________________________________________

Ursula von der Leyen annonce la mise en place de l'identité numérique européenne

SOURCE : Fab Roots 3

Ursula von der Leyen annonce la mise en place de l'identité numérique européenne.

Il est là le vrai but du passe sanitaire puis du passe vaccinal !

_____________________________________________________________

 

La Commission européenne propose une identité numérique pour tous les Européens 

SOURCE NEXUS

Dans un communiqué de presse publié le 3 juin 2021, la Commission européenne expliquait avoir « proposé un cadre pour une identité numérique européenne qui sera disponible pour tous les citoyens, résidents et entreprises de l’UE. »

Le but est que chaque citoyen puisse, à l’aide de son smartphone, s’identifier et accéder à un très grand nombre de services en ligne. Cet identifiant numérique sera, s’il est mis en place, reconnu dans toute l’Europe, et les très grandes plateformes devront accepter l’utilisation de ce passe numérique.

 Notre nouveau « meilleur ami » ?

L’entreprise Gemalto, qui appartient au groupe Thales, a sorti une version de ce pass numérique : lDigital Identity Wallet (portefeuille d’identité numérique).

Dans une vidéo de présentation, le groupe nous explique que ce nouvel outil sera notre « meilleur ami » qui centralisera toutes nos données : identité, permis de conduire, dossier médical, compte bancaire, signature… À chaque fois que cela sera nécessaire, l’utilisateur pourra produire un QR code qui permettra à son interlocuteur d’avoir les infos dont il a besoin.

Afin d’empêcher toute fraude, le portefeuille est équipé d’un dispositif de reconnaissance biométrique, c’est-à-dire qu’il reconnaît les visages ou  les empreintes digitales. L’idée est que ce dispositif soit utilisé dans les tâches quotidiennes.

La Commission Européenne a demandé à tous les États membres de dessiner les contours techniques et législatifs permettant des expériences pilotes d’ici à septembre 2022, mais nous ne savons pas encore si le Digital Identity Wallet de Thales remportera le marché.

 Les risques et dérives possibles ?

Tout d’abord, la nature centralisée de ce système le rend vulnérable aux attaques informatiques en tout genre. En effet, avoir toutes les données qui constituent une identité, regroupées dans un seul lieu, c’est s’exposer aux risques qu’une seule personne puisse voler tout ce qui constitue votre identité.

Par ailleurs, les gouvernements recueilleront un nombre colossal de données sur leurs citoyens et pourraient exercer une surveillance massive.

Dans une interview à Sputnik France Éric Verhaeghe, énarque et auteur du livre « Le Great Reset : mythes et réalités », rappelle que « dans la caste au pouvoir aujourd’hui, il y a ce grand fantasme qui est qu’elle pourrait surveiller tout le monde massivement grâce à Internet et supprimer toute forme de vie privée ».

S’il est présenté comme un outil ludico-pratique, entre de mauvaises mains, ce portefeuille ne pourrait-il pas devenir un outil redoutable contre la population ?

Le meilleur ami des citoyens.. d'après l'entreprise Gemalto (groupe Thales) qui a mis au point le DIGITAL ID WALLET.

_____________________________________________________________

 

Une eurodéputée alerte :

“On est à deux doigts de la puce électronique sous la peau !”

La députée européenne Virginie Joron s’inquiète du projet d’identité numérique européenne, qui est à l’étude à Bruxelles. Il s’agit d’une sorte de portefeuille virtuel permettant aux citoyens de stocker leurs papiers d’identité et autres documents personnels.

Virginie Joron y voit une nouvelle étape dans le traçage permanent de la population après la banalisation du passe sanitaire, ce qu’elle a fait savoir lors de son intervention à la Commission européenne.

« Cette identité numérique européenne est officiellement destinée à nous faciliter la vie. Au départ, on aura un papier avec un code QR mais les restaurateurs, les policiers vont se fatiguer rapidement pour le contrôler. Ensuite, on aura des bornes, et ce sera plus facile. Ces bornes liront votre identité ou votre statut sanitaire sur un bracelet, sur une montre, sur un petit objet que vous porterez dans un sac à main, sur un code tatouage ou sous la peau. Vous pourrez payer facilement, vous passerez à toute allure aux caisses, et tout le monde trouvera cela super ! L’identité numérique, c’est un saut quantique. Il n’y aura pas de retour en arrière possible. », s’est-elle exprimée.

 

_____________________________________________________________

 

Abonnez-vous à pangolinsetmantilles.info 😉

pour être informé dès qu'un nouvel article est publié

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article