Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'information alternative - Nous vivons une époque troublée de dictature "sanitaire" et de manipulation à l'échelle mondiale... 

Pangolins et mantilles

Origine du Sars Cov-2 : Le complexe militaro-industriel est aux commandes depuis des décennies !

 


 

La guerre bactériologique a été déclenchée avec la création du Sars-Cov-2 et sa propagation. Elle se poursuit insidieusement avec la vaccination dont beaucoup de gens se demandent encore pourquoi les autorités veulent la rendre obligatoire alors que le vaccin n’est pas efficace et reste toxique.
Ce n’est pas une guerre entre nations mais celle de la caste – puissante et arrogante – contre le peuple qu’il veut soumettre et dominer. Une résurgence de l’Egypte ancienne contre le peuple hébreu soumis à l’esclavage ou, plus récemment, le mythe de la race aryenne supérieure aux autres, illustrent le retour d’une idéologie du mal finalement assez banale sur le fond mais innovante sur la forme.

 

 

 

Dans le dernier dossier intitulé « Origines du Covid et armes biologiques » nous approfondissons les investigations dans le domaine de la collaboration entre Big Pharma et le complexe militaire. Voici un autre extrait de ce rapport :

 

Dans son ouvrage publié en 1998, « Le siècle Biotech », Jeremy Rifkin consacre un sous-chapitre intitulé « Armes génétiques sur mesure »L’auteur, internationalement reconnu, est économiste, conseiller politique, essayiste et spécialiste des politiques publiques. Loin des sphères complotistes.

« Les recherches actuelles en biotechnologie évoquent les recherches nucléaires des années quarante et cinquante []. Une fois libérés, nombre d’agents pathogènes peuvent occuper certaines niches écologiques et y survivre indéfiniment […] En 1981, il (le Pentagone) lança, au cours des années quatre-vingt, un effort important de recherche et développement. En 1981, le budget consacré à la recherche sur les armes biologiques défensives n’était que de 15,1 millions de dollars ; en 1986 il atteignait 90 millions de dollars. Les différents secteurs des forces armées travaillent sur pratiquement tous les agents pathogènes majeurs : maladies virales exotiques telles que les fièvres hémorragiques … ».

Jeremy RIFKIN

Big Pharma et le secrétaire d’Etat américain à la Défense développent des armes biologiques

​​​​

Il est intéressant de noter que les recherches en matière de biotechnologie pour développer de nouvelles armes sont en pleine expansion dans les années 90 et qu’il n’y a pas de communication auprès des citoyens qui ignorent tout de ces travaux. Ces derniers ne sont pas tous réalisés dans des laboratoires militaires mais font l’objet de financements du Pentagone à travers le monde auprès de laboratoires publics, l’affaire des 26 laboratoires en Ukraine financés par le Pentagone dans le cadre de recherche d’armes biologiques est un exemple récent et inquiétant. La justification de ces travaux est mensongère alors que les résultats sont ensuite exploités dans le but de créer des armes biologiques de destruction massive.

« En mai 1986, dans un rapport[1] adressé à la commission budgétaire de la Chambre des représentants, le ministère américain de la Défense soulignait que l’ADN recombiné et les autres techniques du génie génétique faisaient enfin des armes biologiques une option militaire réaliste. Les généticiens savent désormais cloner des agents pathogènes traditionnels en quantité autrefois impensables. Ils peuvent aussi créer des agents pathogènes nouveaux […] Grâce à la technique de l’ADN recombiné, il est désormais possible de développer une variété presque infinie de ce que l’on pourrait appeler des agents pathogènes sur mesure. Le rapport du Pentagone conclut que les innovations récentes en matière de génie génétique autorisent l’exploitation rapide des ressources naturelles pour la mise au point

 

Rifkin nous dit que, déjà au XXème siècle, les biotechnologies permettent de créer des agents pathogènes, ce sont précisément les travaux sur les gains de fonction qui sont financés aux quatre coins du monde et pas seulement par les américains ou le Pentagone (Russie, Chine, pays européens dont la France, etc.). Les termes « gains de fonction » ne sont pas courants dans les années 90 mais Rifkin en donne cependant une définition littérale : « On peut programmer des gènes dans des micro-organismes pathogènes pour accroitre leur virulence, leur résistance aux antibiotiques et leur stabilité dans l’environnement ».

 

Des charges pathogènes inoculées par les vaccins ?

 

Il précise même que « l’on peut insérer des gènes mortels dans des microorganismes inoffensifs et obtenir ainsi des agents pathogènes que l’organisme humain perçoit comme anodin et contre lesquels il ne résiste pas ». Nous avions déjà publié un article évoquant la possibilité grâce aux nanotechnologies d’encapsuler des agents pathogènes dans des protéines (« capsules » de graisse) qui peuvent être libérées à terme dans l’organisme des personnes ayant reçu ces inoculations et déclencher des épidémies par onde électromagnétique (voir le dossier de 53p. intitulé « Vaccins Covid et contrôle des populations via les nanoréseaux injectés »). Cette mauvaise utilisation des technologies ne relève pas de la science-fiction, elle est techniquement réaliste comme nous l’avons déjà évoqué dans un article intitulé « les nanoréseaux injectés pourraient contenir des charges pathogènes libérées par ondes électromagnétiques » dont voici un extrait :

 

Des  pathogènes sont également cités par l’avocat Todd Callender comme étant contenus dans le vaccin dans une vidéo disponible sur Odysée : « Dans ces injections que les gens ont déjà reçues ; dans les minuscules nanoparticules, l’hydrogel, il y a des pathogènes chimériques qui ne sont pas encore libérés, comme Escherichia coli, le virus Marburg, le virus Ebola, le staphylocoque et la levure de bière, entre autres » . L’avocat explique que lorsqu’ « est diffusé un signal de 18 gigahertz pendant une minute en trois phases différentes, comme une pulsion, les nanoparticules lipidiques gonflent et libèrent leurs contenus pathogènes pouvant provoquer une épidémie de maladie de Marburg ». Difficile de vérifier une telle affirmation même si la libération de molécules par voie d’ondes électromagnétiques est possible comme cela est actuellement le cas pour le traitement de certaines maladies grâce au WBAN ou nanoréseaux sans fil.

 

Il est tout à fait déconcertant de retrouver des déclarations qui ont presque 25 ans d’écart et qui traitent finalement de la même technologie. Si la création du Sars-Cov-2 en laboratoire laisse de moins en moins de place au doute dans l’opinion publique, peut-on affirmer qu’il ait été volontairement disséminé ? Dans quel but ?

 

Créer le chaos pour instaurer un gouvernement mondial

 

Le discours de 2015 d’un ancien premier ministre de Malaisie, le Dr MAHATHIR Mohamad – je remercie un lecteur de m’avoir indiqué le lien vidéo – résume assez clairement la situation au cours d’une conférence internationale intitulée « Le nouvel ordre mondial : une recette pour la paix ou la guerre » (9 mars 2015, Centre de convention international Putrajaya International) :

La mondialisation et le commerce sans frontières sont utilisés pour établir un gouvernement mondial unique. Essentiellement, il s’agit d’instaurer un gouvernement mondial. Nous devrions abolir tous les Etats, toutes les nations, toutes les frontières pour n’avoir qu’un seul gouvernement mondial […]. Il doit être assuré par certaines personnes : les élites, les gens très riches, très puissants à de nombreux égards. Ce sont eux qui gouverneront le monde, on ne parlait pas beaucoup de démocratie ou de choix des dirigeants. En l’état, il devait y avoir un gouvernement par ces élites qui imposerait leurs règles à tous dans le monde. Et pour ceux qui ne veulent pas se soumettre à eux, il y aura sanction.

Et la paix que nous obtiendrons de ceux-ci est la paix du cimetière, parce que l’intention est aussi de réduire le nombre de personnes dans ce monde. Au moment ou le Nouvel ordre mondial a été annoncé, la population de ce monde n’était que de 3 milliards (l’année 1961), l’intention était de la réduire à 1 milliard, maintenant la population du monde est de 7 milliards. Il serait nécessaire de tuer des milliards de personnes, de les faire mourir de faim ou de les empêcher d’enfanter afin de réduire la population mondiale.

Dr MAHATHIR MONHAMAD

 

Bien sûr, les médias subventionnés ne se bousculent pas pour relayer l’information. Pour ce qui est de faire mourir les personnes de faim, le processus est en cours. La guerre fait aussi son travail ainsi que la vaccination contre le Covid.

Merci au Dr Mahathir Mohamad pour son courage : des « complotistes » parmi les grands de ce monde, ça déstabilise la caste. Avec le temps, les langues devraient davantage se délier.

 

 

[1] US Department of Defence, Biological Defence Program, Report to the Committee on Appropriations, Houses of Representatives, May 1986.

___________________________________________________________

 

Intervention du Dr MAHATHIR Mohamad 

___________________________________________________________

 

Abonnez-vous à pangolinsetmantilles.info 😉

pour être informé dès qu'un nouvel article est publié

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Beaucoup de choses intéressantes dans cet article que beaucoup devraient lire, celà leur ferait ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans ce monde en folie, mais justement les dirigeants , ceux qui tirent les ficelles tout là haut, dirigeants du mondialisme savent que les populations ne croient que ce qu'elles voient dans les médias et surtout sur ces saloperies de TV qui sont des machines à abrutir, intoxiquer, manipuler et ça marche très bien hélas...<br /> Albert Einstein entre autres citations à dit:<br /> "LE MONDE NE SERA PAS DERUIT PAR CEUX QUI FONT LE MAL MAIS PAR CEUX QUI LES REGARDENT SANS RIEN FAIRE"<br /> Il avait bigrement raison: on y est ! ! <br /> https://www.place-armes.fr/post/message-%C3%A0-la-population
Répondre